Pascale BARTOLI

D’après une thèse soutenue le 28-11-2014 – Université Aix-Marseille ED 35 – Directeur de thèse : Stéphane HANROT, Co-directeur de thèse : Jean-Lucien BONILLO

Expérimentations et innovations ses programmes résidentiels de vacances dans la période des Trente Glorieuses. Le cas du littoral varois.

 

Le logement est incontestablement l’enjeu primordial pour les architectes d’Après-Guerre. Inaugurée en 1952, la Cité Radieuse de Marseille (unité d’habitation de grandeur conforme 1945-1952) donne une impulsion formidable à l’innovation en matière d’habitat pour toute une génération d’architectes. Les programmes de vacances ne sont cependant pas mis à l’écart des préoccupations, Le Corbusier y consacre une série de projets successifs entre 1948 et 1955. Le projet de Cité des Pèlerins pour la Sainte Baume (1948), Roq et Rob à Roquebrune Cap Martin (1949-1950) et l’unité de vacances (1952-1955) ont largement contribué à faire évoluer les typologies et les orientations en matière d’aménagements résidentiels sur la côte d’Azur. Roq et Rob est un mode d’urbanisation conciliant la modernité constructive d’un système d’assemblage standardisé et la convention des formes inspirées des villages perchés provençaux. Sans retentissement auprès des investisseurs ou des pouvoirs publics, ce dispositif architectural prôné par Le Corbusier a cependant ouvert la voie à la nouvelle génération posant les bases de recherches sur l’architecture méditerranéenne et sur une urbanisation en osmose avec le paysage.

projet Roq et Rob    Projet Roq et Rob – Le Corbusier, œuvre complète, 1946-1952

L’hypothèse principale de cette étude est d’établir le caractère expérimental et exemplaire de ces projets pour des opérations de logements ordinaires. En effet, la spécificité de la commande d’habitat de vacances, le caractère naturel et remarquable des sites et des paramètres économiques prospères ont clairement favorisé l’innovation architecturale et une implication forte des architectes dans les utopies sur l’habitat communautaire. La volonté affirmée de trancher pendant les vacances avec les formes urbaines quotidiennes, de trouver des architectures nouvelles correspondant à une autre manière de vivre, a trouvé sur la côte méditerranéenne un vaste champ d’expérimentation.

L’inventaire réalisé sur les côtes varoises recense une quarantaine de programmes, réalisés ou restés à l’état de projet. Il laisse apparaître une grande diversité de formes et d’échelles sur un éventail de 35 à 1500 logements. L’échantillon s’est constitué grâce aux travaux d’inventaire existants dans la région notamment par la DRAC dont le label « Patrimoine du XXème siècle » opère déjà une synthèse. Au-delà de ces réalisations déjà reconnues, un travail de terrain, de dépouillement des revues professionnelles et des archives d’architectes renommés, à l’échelle locale et nationale, nous a permis d’enrichir l’inventaire. C’est en constatant la quantité des publications sur les quatre principaux projets de villages de vacances du littoral varois (le Merlier de l’Atelier de Montrouge, le village des Fourches de Lefèvre et Aubert, le Graffonnier de l’AUA et Port Grimaud de François Spoerry) que l’intérêt d’un inventaire s’est manifesté. En effet, le retentissement d’une poignée d’opérations permettait d’envisager la découverte de nombreuses autres réalisées ou bien seulement esquissées. L’analyse des principaux ouvrages de l’histoire de l’architecture du XXème siècle en France, confirme enfin une partie des hypothèses formulées. Les auteurs posent la question des emprunts et des références, s’interrogent sur la valeur d’exemplarité des ensembles du point de vue de la « sociabilité » et établissent les liens avec les standards et les figures expérimentales de l’habitat des Trente Glorieuses.

carte localisationCarte de localisation des opérations

La logique territoriale.

Comme dans l’urbanisme classique, la question des échelles d’urbanisation est décisive pour le littoral méditerranéen, mais dans ce cas, l’encadrement de l’Etat semble plus empirique. Un des premiers outils mis en place prend la forme de mission interministérielle comme la célèbre mission Racine pour l’aménagement du Languedoc-Roussillon (1963). Le tourisme ciblé comme enjeu majeur de développement économique n’est cependant pas encore géré globalement par l’administration, il n’arrivera qu’en 1968 dans le portefeuille d’attributions du ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Equipement et du Logement. Alors qu’en Languedoc-Roussillon la capacité des stations est évaluée de manière pragmatique en fonction de la capacité des plages, dans le Var et partout ailleurs les interventions sont stimulées en grande partie par les opportunités foncières.

Ainsi sur le littoral varois, les droits à construire sont sommairement encadrés par la définition d’un nombre de logements à l’hectare[1]. Le plan d’aménagement et de mise en valeur de la Côte d’Azur varoise (1922-1939) d’Henri Prost est peu à peu abandonné ou sporadiquement repris pour le tracé de certaines voies (corniche varoise), mais il ne constitue plus un outil de planification pour les aménageurs et les pouvoirs publics. Cette indétermination laissera le champ libre à la création de stations ex-nihilo, renouant avec le modèle traditionnel du développement de la villégiature. La politique de préservation des sites varois latente et l’attention de Georges Meyer Heine, urbaniste en chef du ministère de la Construction et de Louis Arretche, également conseiller du ministre, ont contribué à circonscrire les projets et à limiter leur nombre. La création de stations balnéaires intégrées résout, en effet, par la densité le double enjeu du tourisme : accueillir un large public sans dénaturer les paysages.

La plus importante et la plus célèbre est la station de Port Grimaud (tranche 1 : 1500 logements), mais d’autres projets de cités lacustres autonomes viendront la concurrencer sur le même site comme les Marines de Cogolin (600 logements). Le domaine de Pardigon (1200 logements) projet trop ambitieux de station balnéaire scellera la faillite de son promoteur[2] et lui vaudra des démêlées judiciaires. On ne remarque aucune homogénéité dans les tailles des cités balnéaires autonomes qui oscillent entre 200 et 1500 logements. Il n’y a donc pas de déterminisme d’échelle à priori sur ces opérations. On se place également bien en dessous des stations du Languedoc-Roussillon.

D’autres urbanisations s’effectueront sous la forme plus classique de quartiers en continuité de centres existants. Ces extensions urbaines permettront à des stations déjà constituées de se renouveler, ou à des communes d’entamer une reconversion touristique autour d’équipements portuaires. Ces greffes s’opéreront soit en continuité, comme le Port Santa Luccia (267 logements) à Saint Raphaël, soit en satellite comme le Port de Bormes-les-Mimosas (360 logements), ensemble résidentiel et de loisirs construit sur une digue décollée du rivage tandis que le village originel perché sur une colline – et donc trop loin des plages – ne trouvait pas les faveurs des touristes. Le développement des activités de plaisance a ainsi modifié les centralités de ces nouvelles cités ou de ces nouveaux quartiers. La création de ports privés[3] est, dans la plupart des cas, l’élément moteur d’une nouvelle urbanisation.

La véritable innovation en matière d’urbanisation à l’échelle du territoire réside dans les lotissements géants qui se développent sur ces côtes. C’est à partir de l’Entre-Deux-Guerres que de larges domaines à l’écart des centres existants sont morcelés et vendus à des vacanciers en quête d’un habitat plus proche de la nature et tranchant radicalement avec les formes traditionnelles de leur vie citadine. L’automobile a incontestablement soutenu cette diffusion de l’urbanisation structurée autour de voieries en corniche d’où on apprécie déjà le paysage. C’est dans les années 1920 que s’opère ce glissement de l’offre et de la demande sur le littoral varois. A la fin des années 1950, l’idéologie communautaire parachève ce nouveau type d’urbanisation. Le promoteur François Leredu[4] fait figure de précurseur avec le domaine du Gaou Bénat, première expérience d’urbanisation raisonnée et intégrée à l’environnement.

L’évolution demeure dans l’intention de faire de ces lotissements isolés, clos et gardiennés, de véritables expériences communautaires. Majoritairement composés de villas, ils peuvent également comporter des petits collectifs, des services hôteliers[5] et des maisons groupées en hameaux. Ils comprennent encore tous les services et les équipements balnéaires nécessaires à la vie de villégiature mais sans recherche de lieux de mondanité ou de représentations.

Les facteurs climatiques, orographiques et botaniques sont élevés au rang des autres critères architecturaux dans l’élaboration de cette typologie. Les projets visent, en effet, un double dessein : la construction des maisons mais également la mise en valeur de la nature. La vue sur la mer et sur la nature depuis les terrains lotis, tout comme la vue sur le lotissement depuis les alentours sont au cœur des préoccupations. Ainsi la composition échappe aux règles traditionnelles de géométrie (symétrie, régularité, rythme), de convenance (sociale et architecturale) pour se conformer à la tectonique du site. Cet ajustement à l’identité du lieu découle d’une connaissance approfondie du terrain basée sur des études scientifiques, fruits de nombreuses observations et de relevés sur le site. Les architectes s’approprient volontiers les chemins ruraux existants, les murets en pierre et autres ruines dont la construction traditionnelle et vernaculaire s’apparente aux logiques du projet. L’alternance des zones bâties et naturelles, le découpage des terrains, les règles architecturales imposées par un cahier des charges, contribuent à une quasi disparition des constructions dans le paysage.

Dès 1959, les expériences de résidences de la côte varoise ouvrent donc la voie à l’accès de la modernité sur la prise en compte du site et du contexte local dans les projets. Sur les traces des maîtres scandinaves, cette tendance architecturale axée sur la préservation du paysage et de la biodiversité sera relancée au milieu des années 1960 par les publications du projet de planification écologique du site touristique du Sea Ranch au Nord de San Francisco[6].

Des projets porteurs de progrès.

La connaissance des ensembles résidentiels de vacances dans le Var nous permet d’appréhender les aménagements balnéaires des Trente Glorieuses selon trois approches transversales :

– La dimension utopique et expérimentale qui accompagne ces logements destinés aux loisirs et dont les habitants aspirent à rompre avec les formes traditionnelles de leur quotidien. Les libertés offertes vis à vis du contexte, du programme ouvrent aux architectes une grande opportunité de créativité et d’expression dans le domaine du logement de masse.

– La fonction économique du tourisme conduit à la nécessité de séduire, de se manifester ainsi qu’à une rationalisation constructive et morphologique. Le tourisme de masse a largement contribué au renouvellement des principes d’exploitation des sites de vacances.

– La notion d’intégration paysagère qui est inhérente aux aménagements balnéaires.

L’attrait des sites naturels et sauvages pour les vacanciers pose une question fondamentale et contradictoire : comment les aménager pour accueillir du public sans les dénaturer ?

Gaou Bénat

Domaine du Gaou Bénat à Bormes-les-Mimosas par l’agence Lefèvre et Aubert

Des logiques de plan de masse en lien avec les programmes et les milieux naturels.

A l’échelle des édifices, on retrouve encore une variété de modèles qui convoquent principalement trois familles de regroupement : les ensembles collectifs, les villages et les centres de vacances. Chaque type de composition vise invariablement les mêmes objectifs : l’économie d’espace afin de limiter l’impact du bâti sur les zones naturelles et une corrélation entre l’individu et le collectif. On distingue trois logiques qui se dégagent :

Logiques de regroupements pour les villages et hameaux, les maisons sont concentrées en un point du site reprenant les formes traditionnelles par des jeux de grilles ou de composition géométriques. La méthode d’assemblage consiste en la réunion d’une quantité d’éléments répétitifs ou déclinés, disposés entre eux selon un certain ordre, ayant pour objectif de créer une nouvelle unité globale, compacte et harmonieuse.

Logique de dislocation : les centres de vacances, il s’agit de décomposer le type hôtelier traditionnel en disposant le bâtiment de service commun d’une part et en éparpillant les cellules d’hébergement sur le reste du site. La dislocation du volume touche trois objectifs : trancher avec les formes architecturales urbaines, réduire l’impact du programme sur le sol et le couvert végétal, et favoriser les échanges et les relations sociales au sein de petits groupes de famille plus restreints.

centre vacances air France

Centre de vacances Air France, Le Graffonnier à Gassin par l’AUA.

L’analyse se base enfin sur trois angles d’approche : 1-Le contrôle de l’environnement, 2-les assemblages, combinatoires et hiérarchisation des espaces en faveur de la sociabilité, 3-le perfectionnement et appropriation des logements. Elle met à jour une véritable posture architecturale que les agences ont élaborée au fil des projets. Les architectes ont, en effet, instrumentalisé la culture méditerranéenne afin de composer un modèle d’habitat de vacances exemplaire dont l’intelligence fonctionnelle, les qualités d’individualisation, la rentabilité foncière ont permis une transposition simple au logement traditionnel. Ce travail propose une lecture de la « balnéarité » comme un mode opératoire que les architectes ont employé de manière intuitive pour leurs recherches dans le domaine du logement. Ils se positionnent ainsi dans le débat qui anime les héritiers des CIAM et participent à faire émerger le concept de « méditerranéité » comme fondement d’une autre modernité.

Une dernière partie de la thèse propose d’établir des rapprochements entre les projets dédiés au tourisme et des programmes d’habitats sociaux sélectionnés dans deux agences d’architectes : l’agence de Lefèvre et Aubert et celle de Jean Renaudie.

Deux projets de logements sociaux construits par André Lefèvre, quelques années après sa séparation avec son associé, se distinguent et paraissent établir une filiation directe : La Maille II à Miramas (1973-1977) et les Pignes (1978-1982) à Vitrolles[7].

Jean Renaudie développera ses théories esquissées sur le projet de Gigaro (1963-1964) sur deux projets non réalisés d’urbanisation dans le cadre des villes nouvelles, le Vaudreuil (1967-1968) et les Gorges de Cabriès à Vitrolles (1974-1975). Situés sur des sites en pente, ces projets démontrent la filiation des typologies mis en œuvre par Jean Renaudie et Renée Gailhoustet à Ivry sur Seine de 1970 à 1975 et qui aboutiront finalement en 1974 à la rénovation de Givors, avec les projets de villages de vacances.

gigaroMaquettes du village de vacances de Gigaro à la Croix Valmer par l’Atelier de Montrouge (1963-1964)

Cette étude a permis de dégager un nombre important de réalisations architecturales sur les côtes varoises. La qualité des projets non réalisés également identifiés témoignent d’un actif conséquent en matière de recherche architecturale.

Une hypothèse de départ plaçant les ensembles résidentiels de vacances comme un modèle idéalisé de cité communautaire a trouvé une confirmation partielle. Les projets (surtout dans le tourisme social) s’attachent, en effet, à créer toutes les conditions propices aux rapports sociaux, cependant les réalisations définitives qui négligent souvent ces espaces, les modifications successives des projets tendent à démonter l’accueil mitigé de ces tentatives auprès des vacanciers. Si l’idéologie communautaire est petit à petit repoussée par la société, à l’inverse, sa représentation spatiale, le modèle de la résidence ou du lotissement clos avec ou sans services hôteliers est plébiscité par la promotion privée. Les « gated communities », ces résidences dorées importées des Etats-Unis ont entrainé les opérateurs français sur des discours sécuritaires.

Les aménagements touristiques dans le Var sont tout à fait spécifiques vis à vis des départements voisins du Languedoc Roussillon et des Alpes Maritimes. C’est non seulement la période durant laquelle le département s’organise, mais également une géographie et une tradition farouche de préservation du paysage en marche depuis les années 1920 qui ancrent ses spécificités. Les créations des villages de vacances s’inscrivent néanmoins dans une tradition de financement et de promotion des stations balnéaires qui est insufflée par la bourgeoisie parisienne, par le monde sportif et intellectuel et relayé par les médias grands publics. La véritable évolution de la commande réside dans l’arrivée des programmes sociaux représentés par l’Etat et le milieu associatif. Ils s’inscriront cependant dans une approche le plus souvent traditionnelle et pragmatique, se réappropriant les rites des vacances au nom d’une idéologie sociale et communautaire.

C’est du point de vue morphologique que résident les principales innovations et expérimentations de formes inédites. La relation forte des projets avec les côtes varoises pose les fondements de ce qu’on pourrait appeler « l’architecture paysage » ou « l’architecture orographique ». La voie instituant des architectures en harmonie avec les sites et les paysages ont constitué un véritable renouveau durant les décennies 1970 et 1980 pour le logement périurbain. Les villes nouvelles françaises ont amplement contribué au développement de ces typologies en alternative aux lotissements pavillonnaires.

[1] Avant 1967 et la loi d’orientation foncière créant les schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) et les plans d’occupation des sols (POS) les droits à construire sont peu réglementés en dehors des agglomérations.

[2] François Leredu, voir note 4.

[3] Dans les années 1960, l’Etat ouvre des concessions du littoral à des sociétés privées afin de créer des ports et de les gérer, la Côte d’ Azur compte 30 ports privés sur 43 pour l’ensemble du littoral français (Fédération Française des Ports de Plaisance).

[4] Reprenant l’affaire familiale créée en 1947, François Leredu, un des principal promoteur du secteur commence son activité par un lotissement de type « classique » longeant la plage de Pampelonne. Il poursuivit la vente de terrain à bâtir à Bormes, à Carqueiranne, à Saint Mandrier, au Cap Nègre, à l’Escalet, à la Croix Valmer et également en Corse tout en proposant des modèles de maisons sur catalogue.

[5] Les studios et les hôtels sont proposés aux propriétaires afin d’héberger leurs invités occasionnels.

[6] Le promoteur Alfred Boewe s’est entouré à partir de 1962 d’une équipe pluridisciplinaire composée de Lawrence Halprin architecte paysagiste, Joseph Esherich, Charles Moore, Donlyn Lyndon, William Turnbull et Richard Whitaker pour créer un lotissement de loisirs où le rapport au site prévaut sur l’architecture. Les maisons en bois brut sont groupées sous forme de cluster suivant des critères d’ensoleillement, de protection des vents en accord avec la tectonique du site. Caroline Maniaque, à l’échelle du paysage dans Echelle & dimensions, ville, architecture, territoire sous la direction de Claude Prelorenzo et Dominique Rouillard, L’harmattan Paris 2003

[7] Ces deux projets ont été élaborés dans un contexte propice à l’innovation architecturale, celui de la ville nouvelle de l’Etang-de-Berre.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search