Mattia Darò

éternité éphémère© (6 textes pour 6 images)

 

Ce texte propose une réflexion sur le tourisme comme une phénoménologie contemporaine, dans l’étude du cas de Rome. Les textes se réfèrent aux dessins que j’ai élaborés, chacun conséquent de l’autre, comme des tentatives de lecture de la ville et de ses changements pour la réinventer et proposer des visions possibles.

  1. tours de locations saisonnières, 2030

2030[1] Rome, les entrées des touristes ont dépassé les prévisions les plus optimistes.

Le nombre de présences dans les villes touristiques du monde est devenu impressionnant.

Si à Rome en 2014 ont été enregistrés 14 millions d’arrivées, aujourd’hui, dans la ville, il y a plus de 50 millions de présences et un induit, généré par le tourisme, qui est passé de 6 milliards d’euros à plus de 30 milliards. Ce n’est pas une nouveauté que la ville est devenue une infrastructure touristique, combinant le désir d’être visitée à la transformation dune ville de loisirs et de divertissement.

Au milieu des monuments, des musées, des ruines et de l’archéologie aujourd’hui la ville affiche une grande quantité d’infrastructures liées au thème du tourisme et étroitement liées aux loisirs.

a) logements de vacances temporaires (dans la formule devenue habituelle des plateformes web ou même dans la formule d’importation japonaise de mini-hôtels en forme de capsules, sur la base du formatconcept 9h[2]: 1h pour la douche, 7h pour le repos, 1h de toilette);

b) restaurants différents pour chaque typologie spécifique (boissons, restauration rapide, végétalien, coeliaque, pizza, nourriture chic, ethnique ..);

c) fun corner (des espaces temporaires pour l’évasion);

d) relax point (micro salons pour se reposer avec toilettes autonettoyantes ou micro thermes)

e) mobilité alternative et lente (partage de vélos, hoverboard, segway)

Depuis des années la ville résidentielle comme celle du travail s’est déplacée hors de la ville historique, en se concentrant dans les zones à proximité du périphérique GRA.

La ville historique est désormais un musée en plein air et un parc d’attractions pour les touristes.

Rome est à la fois un document historique précieux et un levier pour des entreprises commerciales. Ces deux aspects sont fondus ensemble dans un système qui tient fermement attachés les besoins de voyeurisme des touristes (selon ce qui est nécessaire pour une immersion culturelle contemporaine dans une ville si importante) à sa consommation (associée aux loisirs).

01_tours de locations saisonnières, 2030

Tours de locations saisonnières, 2030 (photomontage)

  1. fête costumée à Caracalla

L’idée de transformer Rome en ville contemporaine, capitale d’un Etat de l’Ouest, est en soi blasphématoire.

Est-ce inévitable d’aller dans le sens de Venise, ville-musée, abandonnée par les résidents?

Rome est toujours la ville la plus peuplée d’Italie, le contemporain doit vivre ensemble à la “grande bellezza” éternelle.

Avez-vous déjà été à une fête ou un évènement organisé dans un grand complexe archéologique romain (une projection de films dans la Basilique de Maxence, une exposition photographique aux Marchés de Trajan, ou des sculptures aux Thermes de Dioclétien, ou l’opéra aux Thermes de Caracalla)?

En fait pour créer l’atmosphère il en faut peu, le gros est fait, il suffit d’ajouter un peu de contemporanéité, justement vous, citoyens ou visiteurs et l’effet est déjà surréaliste.

Sous les grandes absides des Thermes, ou sous une colonne avec un diamètre imposant décorée de bas-reliefs qui racontent des batailles légendaires, vous vous sentirez partie d’un monde lointain, mais qui pèse sur votre esprit, vous vous sentirez partie de l’histoire mais totalement écrasés par elle.

Et ce sentiment va créer une sorte d’ivresse, d’état d’hallucination, qui vous mèneront à regarder l’endroit où vous êtes comme un endroit autre.

Comme annoncé par Michel Foucault, lorsqu’il définit les hétérotopies[3], le voyage touristique est une sorte de rupture absolue avec le temps traditionnel. La ville de plus en plus peuplée et habitée par des gens qui enfreignent leur temps traditionnel, répond aux besoins de ceux-ci, nourrissant et fluidifiant cette dimension autre plutôt que la normale.

Dans une sorte d’évasion de tous les jours, la ville échappe à sa propre conception, non plus au service des citoyens, mais de ses visiteurs, de ceux qui veulent avoir le plaisir de passer le temps, avoir du temps à perdre, même sans trop savoir quoi faire (comme la figure littéraire du flâneur de Charles Baudelaire ou celle cinématographique du stalker de Andreï Tarkovskij).

02_fête costumée à Caracalla

 

fête costumée à Caracalla (photomontage)

  1. La solution Via Appia

Seule l’imagination et la fantaisie peuvent sauver Rome.

L’héritage de Piranesi est très fort dans le décor contemporain de Rome. Après avoir métabolisé les Vues de Piranesi son influence aujourd’hui se sent surtout dans sa capacité à réinventer la ville en mettant en évidence certaines de ses caractéristiques:

-la majesté des monuments en relation avec des figures humaines (dans les vues des plus importants monuments romains)

-la surabondance de vestiges et ruines qui débordent des dessins (dans les prisons ou dans la Via Appia imaginaire)

-la possibilité de déduire de Rome un langage (la carte du Champ de Mars)

Learning from Piranesi est un must.

Maurice Merleau-Ponty dit “Il est vrai que le monde est ce que nous voyons, et il est également vrai que, néanmoins, nous devons apprendre à le voir[4].

Pour apprendre à voir Rome, nous devons mettre les lunettes de Piranesi, en interprétant sa transition d’architecte constructeur de bâtiments à architecte visionnaire, fabricant dhétérotopies comme l’a bien dit Manfredo Tafuri:

“L’utopie comme une valeur unique présente, par conséquent; comme anticipation positive, comme seul débouché approprié pour un travail intéllectuel qui ne veut pas renoncer à remplir un engagement de préfiguration. Le thème de l’imagination entre alors dans l’histoire de l’architecture moderne dans toute sa signification idéologique. Ce qui peut ressembler à un échec, à un renoncement, se manifeste au contraire dans toute sa valeur d’anticipation. L’invention, fixée et diffusée par la gravure, concrétise le rôle de l’utopie, qui consiste à proposer une alternative qui est au-delà des conditions historiques réelles, qui fait semblant d’être dans une dimension méta-historique mais seulement pour projeter dans l’avenir le flux des contradictions présentes.”[5]

Nous l’appellerons la solution via Appia.

Print

La solution Via Appia (dessin sur l’image numérique de la gravure de Piranesi)

 

  1. Archéofolie, la patinoire au Forum de Trajan

Rome est l’exemple de ce qui arrive quand les monuments d’une ville durent trop longtemps« [6]

L’archéologie et le tourisme vont de pair.

Le loisir et le tourisme aussi.

Le loisir et l’archéologie sont-il le vrai probleme?

Que faire?

L’archéologie est une invention cultivée et d’élite, le résultat d’un peuple hautement évolué. A Rome, elle a joué un rôle de conservation en congelant l’état des choses ou plutôt l’utopie singulière du rétablissement de l’état passé. Quelle meilleure métaphore que le forum de Trajan rempli d’eau glacée pour en faire une patinoire?

Si l’archéologie moderne est née au XVIIIe siècle, avec les fouilles d’Herculanum et de Pompéi, le divertissement et le loisir de masse se développent au cours des années 60 avec l’introduction de la culture pop et les moyens de communication de masse.

Il est donc clair que Johann Joachim Winckelmann (académique, protagoniste et initiateur des études archéologiques à Rome) et Andy Warhol (le grand artiste pop américain) ne peuvent pas s’asseoir à la même table (sans tenir compte des différentes dates de naissance).

Mais il est également clair que le défi de maintenir ensemble deux esprits si contrastés, dans le sens dicté par le désir des touristes, détermine le destin d’une ville comme Rome.

La ville touristique, avec le fétichisme de ses monuments à visiter, mélange voyeurisme et compression du temps, dans le style japonais, une sorte de vision romantique, d’inspiration allemande, comme celle de Goethe, ou même une superville pop et médiatisée, sur le modèle de consommation occidentale.

La ville archéo-touristique (Rome) n’affirme plus son identité dans la vie quotidienne, mais plutôt dans la visite continue et en constante évolution des touristes. Identité changeante, sur la base d’une imagination forte et partagée dans le monde, celle de la ville historique.

Ainsi, dans une sorte de jeu dadaïste, l’image de la ville se conforme à celle d’un lieu de loisirs (théâtre, cirque, parc d’attractions etc…).

04_archéofolie, la patinoire au Forum de Trajan

Archéofolie, la patinoire au Forum de Trajan (photomontage)

  1. un dôme de verre de la NASA

Des gravures anciennes récupérées nous parlent d’un passé futuriste.

Pour sauver Rome de la dégradation on a appelé la NASA, fait installer un dôme de verre, puis sélectionné avec attention ses visiteurs.

“Enfin sauve!”

“Hourra, Rome est maintenant vraiment éternelle.”

“Enfin la ville n’est plus dans les mains des Romains!”

“Le plus grand musée du monde”

C’est ainsi que s’est accomplie la prophétie du grand Maître du modernisme, Le Corbusier:

La leçon de Rome est pour les sages, ceux qui savent et peuvent apprécier, ceux qui peuvent résister, qui peuvent contrôler. Rome est la perdition de ceux qui ne savent pas beaucoup. Mettre dans Rome des étudiants architectes, c’est les meurtrir pour la vie. Le Grand Prix de Rome et la Villa Médicis sont le cancer de l’architecture française.”[7]

Les habitants ont été déracinés de la ville. On leur a dit que c’était pour une période de temps provisoire.

Les scientifiques, les artistes et les penseurs, les plus importants du monde ont été invités à résider dans la ville, à condition de prendre soin de la ville et de ses beautés et de créer en même temp le campus scientifique le plus important du monde.

Expériences, recherches, brevets d’inventions, œuvres d’art et études pour discuter, parmi les meilleurs esprits, de l’évolution et de l’avenir de l’humanité: une expérience de vie suspendue entre le passé et l’avenir. Une civilisation de très haut profil dans la Ville Eternelle: symposium au milieu des arcs et des ruines, des musiciens à pied dans les forums impériaux, des représentations artistiques dans les églises baroques, des leçons savantes dans « la piazza », des démonstrations scientifiques sur les marches des collines.

Mais on sait que l’expérience fut de courte durée. Les anciens citoyens, avec des cordes et des piolets, ont commencé à grimper sur le dôme de verre. Malgré sa forte résistance, après un certain temps, ils ont réussi à briser le dôme dans certains points, à pénétrer et à descendre pour reprendre possession de leur ancienne ville, en chassant érudits et savants fous.

Print

un dôme de verre de la NASA (photomontage)

  1. capriccissimo

Pouvons-nous imaginer le tourisme comme une utopie où les pratiques du nomadisme, le spiritisme, le situationnisme et tous les mouvements de l’avant-garde du XXe siècle, se confondent dans une seule organisation?

Les touristes sont les «day-trippers» des cartes psycho-géographiques dont parlent Guy Debord, et les situationnistes dans leurs écrits?

La construction du mythe aujourd’hui se renforce par la diffusion des nouveaux média (il suffit de penser aux réseaux sociaux sur internet), qui montrent le nouveau besoin d’apporter la sphère privée dans le domaine public, ce qui décrète la mort du public comme lieu d’échange pour tous, mais le reproposent comme lieu privé où se rapportent différentes individualités.

Dans une société basée fondamentalement sur la mobilité, sur les réseaux, sur le dynamisme des situations et sur le battage médiatique, la ville statique n’est plus en mesure de refléter son temps.

Au contraire, la perception de la ville et sa jouissance rapide deviennent fondamentaux tandis que le lieu physique perd d’importance. La ville prend donc de nouvelles significations superstructurelles (historiques, culturelles, médiatiques).

Dans une sorte de capriccio contemporain (comme les grands peintres du Grand Tour) notre point de vue sur Rome devient une scène traversée par la ville comme une infrastructure, telle que le Monumento Continuo de Superstudio, parsemée de monuments emblématiques.

Cette nouvelle façon d’interagir avec le monde fait en sorte que se développe l’idée d’une ville contemporaine comme territoire du temps libre, en favorisant le projet de la ville non seulement sous l’aspect physique mais aussi pour sa transformation phénoménologique.

“Le mythe ne peut être un objet, un concept ou une idée; mais un mode de signification, une forme (…) le mythe n’ est pas défini par l’objet de son message, mais de la façon dont il parle.”[8]

06_capriccissimo

Capriccissimo (photomontage)

[1] La date se réfère aux prévisions du flux de touristes fournis par la World Tourism Organization de 2014

[2] On se réfère à la chaîne d’hôtels japonais 9h ninehours

[3]Conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967, “Des espaces autres” in Architecture, Mouvement, Continuité, no 5, octobre 1984. M. Foucault n’autorisa la publication de ce texte écrit en Tunisie en 1967 qu’au printemps 1984.

[4]Maurice Merleau Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, publié par Cl. Lefort, Gallimard, 1964

[5]Manfredo Tafuri, “L’architetto scellerato: G.B. Piranesi, l’eterotopia ed il viaggio” in La Sfera e il Labirinto, Torino, Einaudi, 1980

[6] Andy Warhol, Ma philosophie d’Andy Warhol de A à B et vice versa, Paris, Flammarion, 1975

[7] Le Corbusier, Vers une architecture, Paris, Les Editions G. Crès et Cie, 1923

[8] Roland Barthes, Le mythe, aujourd’hui, Paris, Éditions du Seuil, 1957

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search