Myriam Casamayor

Myriam Casamayor mène une thèse CIFRE, en urbanisme et aménagement de l’espace avec le Groupement d’Intérêt Public Littoral Aquitain et le laboratoire PASSAGES sur les mutations urbanistiques des stations balnéaires de la MIACA.

Aménagement et développement touristique de la Côte Aquitaine. Une transmission de l’héritage de la MIACA (1967-1988) pour demain ?

 

En 1967, la Mission Interministérielle pour l’Aménagement de la Côte Aquitaine (MIACA) est créée. Les missions interministérielles d’aménagement alors instaurées par la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR) ont comme objectif de lutter contre le développement anarchique de l’urbanisation des côtes françaises et ainsi de coordonner les acteurs publics, de définir et d’exécuter des schémas d’aménagement. Dans ce cadre général, la MIACA est chargée de « définir les conditions et le programme général d’aménagement touristique de la Côte Aquitaine, d’en déterminer les moyens d’exécution et d’en suivre la réalisation ».

La politique de développement du tourisme de masse de la MIACA marque une rupture avec les aménagements touristiques antérieurs en Aquitaine. Mais elle reste mal connue alors que ce patrimoine suscite aujourd’hui un intérêt croissant lié aux effets de son vieillissement.

  1. De la mise en patrimoine à la sélection de l’héritage MIACA

A l’heure des mutations contemporaines observées tant à l’échelle locale que régionale et des impératifs d’action publique tels que le développement durable, n’est-il pas utile – voire nécessaire- de réinterroger l’efficience des pratiques anciennes de l’aménagement et de l’urbanisme pour penser le futur des villes contemporaines?

Les objets du passé dans les villes sont régulièrement abordés dans la littérature scientifique par l’utilisation du concept de patrimoine. En effet, dans son livre l’allégorie du patrimoine, Françoise Choay montre à travers les siècles que les individus se sont saisis de ce terme pour avant tout, défendre les formes des monuments emblématiques du territoire français, puis étendre le périmètre de la protection jusqu’à leurs abords, pour enfin conserver des centres anciens entiers par la mise en place de secteurs sauvegardés autorisés par la loi Malraux de 1962.

Cependant, comme le précise Nora Semmoud, les effets de cette loi ont causé des désagréments dans l’organisation de la ville, en choisissant délibérément de porter une attention particulière sur l’ensemble architectural d’un quartier alors que la zone urbaine voisine ne bénéficie pas de tant d’égard. En effet, selon elle, la politique patrimoniale malgré son ancienneté et son évolution, a des résultats mitigés quant aux actions en direction des centres anciens en tant qu’ensemble urbain.[1] Ainsi, cette politique qui s’est construite en opposition à toute destruction de patrimoine et pour sa sauvegarde à tout prix s’est avérée rapidement limitée dans sa capacité à valoriser les centres anciens dans leur ensemble et à leur restituer une valeur d’usage.[2] Elle mentionne ainsi que des ségrégations socio-spatiales dans les villes dotées d’un secteur sauvegardé, ont fait apparaître des phénomènes de gentrification et d’exclusion de la population.

Faut-il alors, comme le suggère Thierry Linck, admettre que le patrimoine est partout, dans tout, est qu’il est de fait irrémédiablement insaisissable et à jamais inaccessible de la science sociale ?

L’objectif de la recherche en cours est plutôt de s’intéresser aux autres possibilités offertes en vue de la transmission d’objets du passé, en postulant qu’il existe d’autres alternatives à la mise en patrimoine d’un objet. En effet, le compromis trouvé jusqu’ici entre le fléau de la destruction massive des centres anciens et l’accueil de la ville industrielle n’a été que de renforcer la protection du patrimoine sur son aspect architectural au dépend de sa fonction. Il s’avère ainsi pertinent de s’intéresser à la valeur d’usage de ces objets du passé, évoquée par Nora Semmoud.

Patrick Geddes renvoie à la notion d’héritage les objets que l’on choisit d’hériter en sélectionnant les ancêtres[3]; à la différence de l’Heredity (hérédité) où ce sont nos ancêtres qui nous déterminent et dont on hérite passivement.[4] Autrement dit, pour la notion d’hérédité, il s’agit de l’ensemble des biens disponibles et potentiellement transmissibles alors que l’héritage induit une prise de décision des acteurs quant au choix de conserver ou non des objets dans la construction de la ville future.

C’est pourquoi, les concepts de gouvernance et de développement durable viennent nourrir le cadre théorique, en vue de recueillir les réactions et décisions d’une coordination d’acteurs publics sur la capacité des objets du passé à s’adapter aux contextes renouvelés (principes d’aménagement actuels, nouvelle gouvernance, déficit des fonds publics etc.)

De plus, l’approche prospective visant à s’interroger sur la réception de l’héritage dans la ville contemporaine conduit à observer les effets des changements de pratiques ou d’occupation du sol entre la période ancienne et récente.

  1. La mise en lumière d’une hérédité[5] de la MIACA

Cet article a ainsi pour but de restituer la première partie de ce travail. Dans un premier temps, l’héritage de la MIACA tant sur le plan de son concept que de sa visée opérationnelle en termes de réalisations bâtis sera explicité. Puis, il s’agira d’interroger leurs transformations à l’œuvre dans les stations balnéaires d’aujourd’hui.

    1. Méthode préconisée

Les matériaux nécessaires à la mise en avant de cet héritage sont de nature diverse. Tout d’abord, le recollement important d’archives de la MIACA, provenant de dépositaires variés, sans classement géographique précis et localisés dans des lieux différents, ont permis de connaître les intentions d’aménagement de l’époque. Il représente exactement 240 cartons dont 870 articles sur 140 mètres de long.

Ainsi, pour l’héritage bâti, 71 cotes des archives départementales de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques ont paru judicieuses à la lecture des titres généraux des bordereaux. De plus, afin d’approfondir la recherche, il est apparu opportun de découvrir les fonds d’archives des architectes en chef des UPA à la Cité Chaillot à Paris. Ainsi, seulement un architecte en chef, Louis Arretche pour le secteur du Pays basque et l’Atelier Montrouge (ATM) pour l’UPA 4, correspondant au secteur du Cap Ferret, ont conservé respectivement 83 et 10 cotes réunissant des esquisses d’aménagement et diverses notes sur leur travail pour la MIACA. Par ailleurs, pour pallier au manque de renseignements des archives, une campagne d’entretiens auprès d’anciens acteurs de l’époque de la MIACA a été menée.

Ensuite, un terrain de recherche exploratoire a été effectué sur les 14 opérations principales d’aménagement de la MIACA afin de recenser les réalisations effectuées par rapport aux intentions de l’époque. Afin de capitaliser, classer et localiser les données recueillies, 4 bases de données ont été créées accessibles sous un système d’informations géoréférencées (SIG) :

  • Périmètre des UPA et SEN,
  • Périmètre des opérations principales d’aménagement (OPA),
  • Périmètre et retranscription des informations relatives aux opérations immobilières et leurs espaces communs dans les OPA,
  • Périmètre et retranscription des informations relatives aux espaces publics dans les OPA.

Un guide de terrain a alors été élaboré visant à dresser les premiers constats et spécificités relatifs à l’héritage de la MIACA ainsi qu’à vérifier si des caractéristiques communes aux OPA apparaissent. La photographie s’est avérée également être un bon outil complémentaire à cette caractérisation.

    1. Deux présidents, deux approches de la MIACA

En Gironde et dans les Landes l’économie agro-pastorale a été supplantée au XVIIIème siècle par les grands travaux d’assainissement, de fixation des dunes et de boisement réalisés à l’initiative des ingénieurs Goury , Chambrelent et Brémontier.

Au XIXème siècle, sous l’impulsion de Napoléon III et de financiers tels que les frères Pereire à Arcachon de nouvelles stations balnéaires desservies par le chemin de fer se développent à Biarritz et Arcachon ainsi que sur toute la côte Aquitaine comme à Soulac et Lacanau en Gironde ou Hossegor et Capbreton dans les Landes.

Au XXème siècle après l’avènement des congés payés le tourisme de masse prend un nouvel essor avec la création « ex nihilo » de nouvelles stations telles que la station de Seignosse le Penon crée dans les années 60 dans le Sud de Landes par la SATEL (Société d’aménagement Touristique et d’Equipement des Landes).

Cette évolution et l’augmentation de la fréquentation touristique conduiront l’Etat à créer le groupement interministériel d’étude dès 1966. Il vise à mener une réflexion sur le devenir et la mise en valeur économique du potentiel que représentent ces espaces en matière de développement touristique dans le respect de ses caractéristiques et de leur identité. Quatre ans plus tard, celui-ci se transforme en Mission Interministérielle pour l’Aménagement de la Côte Aquitaine. Au cours de l’exercice de la politique de la MIACA, plusieurs schémas ont été proposés comme celui de Philippe St Marc en 1969, premier Président, mais celui-ci a finalement été rejeté.

L’idée fondamentale de Philippe Saint-Marc, traduite dans son plan est le refus de toute destruction de la nature. Son programme d’aménagement a pour objectif de sauvegarder la forêt et de conserver « de vastes zones de nature sauvage où soit préservée cette sensation illimité d’espace, charme exceptionnel de l’Aquitaine. »

La volonté forte du schéma est de promouvoir le nautisme par la création d’un canal transaquitain reliant entre eux les lacs girondins et landais. Véritable « pièce maîtresse », il a pour but de « résumer et exprimer pleinement la personnalité de la région ». Cette voie nautique est dédiée à la plaisance, avec des haltes nautiques, des écluses et un trajet sinueux à la lisière des premières dunes. La création d’un plan d’eau unique de 80 000 ha, proche du rivage, devait donner au projet son caractère exceptionnel. Cependant, seuls quelques kilomètres de tronçons ont été construits, en raison des conséquences néfastes pour l’environnement qu’un tel ouvrage aurait pu causer. Parmi les premières actions entreprises par la MIACA, on note la création du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne.

Le choix de mener une politique humaniste à l’égard de la nature a valu à Philippe Saint-Marc de sévères critiques de la part des élus locaux, considérant sa vision comme trop idéaliste, conduisant alors à son départ anticipé en 1970.

A l’inverse, la personnalité du second Président Emile Biasini, révèle une philosophie différente, plus en phase avec le développement économique attendu par les acteurs de la Côte Aquitaine. Toutefois, des influences du premier président se retrouvent dans les nouveaux plans bien que la vocation de la préservation de la nature ne conserve plus la même finalité. Elle est, en effet, entendue comme « un capital naturel » au sens économique du terme : « La nature sera protégée tout en étant reconnue dans sa valeur fondamentale pour la pratique touristique[6] ».

Le concept de la planification d’Emile Biasini se traduit au sein des schémas d’aménagement Gironde – Landes en 1972 et du Pays Basque et de la Basse Vallée de l’Adour en 1974. Il se caractérise par une alternance entre neuf unités principales d’aménagement (UPA) complétée de la zone du Pays basque et sept secteurs d’espaces naturels (SEN) sur l’ensemble de l’espace littoral aquitain. Tandis que le premier est dédié au développement de l’urbanisation, le second a pour vocation de préserver les espaces naturels.

C’est donc dans les UPA que le Président de la MIACA, Emile Biasini, charge neuf équipes d’architectes-urbanistes de réaliser des esquisses d’aménagements planifiant les zones à urbaniser dans chacune d’entre elles. Alors que les SEN sont destinés à la halte d’hébergement pour un court séjour (…) sans porter atteinte aux valeurs naturelles et humaines et en ayant pour mission d’ouvrir à la connaissance et à la redécouverte permanente du milieu naturel dont l’homme moderne est sans cesse coupé.[7]

    1. Un héritage varié à l’échelle du littoral aquitain

 Dans chacune des 14 opérations principales d’aménagement recensées sur le terrain, il est constaté l’application de différents programmes d’aménagement allant des indispensables travaux de génie sanitaire et de réseau routier, aux programmes en faveur du tourisme social.

  1. Le village de vacance, un hébergement touristique pour tous

Alors que la crise économique due au deuxième choc pétrolier accroît les inégalités sociales, les pouvoirs publics souhaitent permettre l’accès aux sports et loisirs pour les personnes les moins favorisées avec des aides financières. Pour la première fois, en 1978, une dotation « tourisme social » est réservée pour la Côte Aquitaine dans le budget Tourisme (12,5 millions de francs / 1 893 939 €) mais la Mission soutient aussi une diversification des financements pour la réalisation d’hébergements comme les villages de vacances. Près de 30% des nouveaux hébergements touristiques doivent être ouverts aux clientèles à revenu modeste en évitant un effet de ségrégation. La MIACA investit près de 100 millions de francs (15 151 515 €) sur 10 ans pour la réalisation de près de 9 000 lits en villages de vacances sur un total de 30 000 lits. Les nombreuses associations et structures qui étaient en position de gestionnaires de ces villages ont joué un rôle essentiel et innovant dans ce développement car elles ont tenté de concilier la vocation sociale des hébergements et les impératifs d’une démarche commerciale.

L’observation issue du terrain a permis de vérifier l’existence d’une production architecturale hétérogène à l’échelle de l’ensemble des OPA, ne permettant pas de réaliser une typologie particulière. Toutefois, dans certains secteurs comme Carcans Maubuisson, l’intégration paysagère et la forme architecturale présentent un intérêt dans la réponse apportée à la commande de la construction d’hébergements touristiques destinée à des villages de vacances situés sous les pins.

  1. Les plans-plages

L’objet est d’étudier le problème de la protection des dunes et de l’aménagement des accès aux plages face à l’afflux des touristes pendant la saison estivale. Il s’agit d’organiser la fréquentation, l’accueil et la sécurité du public et la protection des milieux naturels sans aucune création nouvelle, en se basant sur les structures existantes. Ce plan vient à la suite d’un constat de dégradation des conditions d’accueil sur les plages et de la destruction environnementale qui en résulte. Quatre thèmes principaux ont été pris en compte pour leur programmation : l’accueil, la sécurité, l’environnement et l’information. Une douzaine de sites ont fait l’objet d’interventions en Gironde (Grayan, Hourtin, Carcans Lacanau, Le Porge, Lège-Cap-Ferret, La Teste etc…et cinq sites dans le département des Landes (Lit et Mixe ,Vielle St Girons , Labenne , Ondres ,Tarnos) entre 1984 et 1988.

A ce jour, il est constaté que l’héritage de la planification des plans-plages perdure toujours dans la mesure où la gouvernance du GIP Littoral Aquitain continue en créer des nouveaux et à rénover les anciens.

  1. Le plan camping

L’objectif en Gironde et dans les Landes est de créer 30 000 lits entre 1976 et 1980 avec la promotion d’un camping de qualité propre aux sites boisés et dunaires de la Côte Aquitaine.

Des règles spécifiques relatives au camping-caravaning sont également inscrites dans les POS des communes. Après le travail de planification, l’équipe technique de la MIACA apporte une assistance architecturale et paysagère à chaque demande d’autorisation d’ouverture et de permis de construire. Ceci avec un suivi particulier pour les campings municipaux : localisation, taille, densité, données paysagères, intégration dans l’environnement, espaces extérieurs, conception d’équipements de superstructures… Le résultat peut être considéré comme « pilote » et riche d’enseignements sur le plan de la conception des aménagements. Par ailleurs, cette ouverture sociale ne se limite pas seulement à l’accueil de touristes modestes mais aussi aux visiteurs vivant à proximité du littoral qui représentent une nouvelle clientèle tout au long de l’année.

Aujourd’hui, il est constaté que le secteur Bassin d’Arcachon et des lacs médocains abritent plutôt un habitat en dur tandis que la Pointe du Médoc concentre les grands villages de vacances et l’hébergement social. Quant aux Landes, le développement du camping et de l’hébergement social joue un rôle fondamental bien que la progression des résidences secondaires soit parallèlement importante.

  1. Le réseau de pistes cyclables sous les pins

Le réseau préexistant en forêt domaniale, créé dans l’entre deux-guerres pour l’exploitation forestière, a constitué un préalable au développement du cyclotourisme sur le littoral aquitain et dans l’arrière-pays. L’étendue de cette forêt, la politique foncière active pour la protection des zones sensibles, la création d’opérations d’aménagement et l’existence des anciennes emprises des voies ferrées d’intérêt local recueillant les conditions techniques suffisantes (VFIL) ont été des opportunités pour un véritable réseau de pistes cyclables. A l’époque, ce réseau est unique en France par son étendue, sa qualité et sa spécificité. Il représente 364 kilomètres : 214 km en Gironde, 136 km dans les Landes et 13 km dans les Pyrénées-Atlantiques. 95% des pistes cyclables sont en site propre, isolées de toute circulation automobile et nuisances qui favorisent la sécurité des cyclistes et le cadre de vie des touristes et habitants.

Conclusion

La comparaison entre des données recueillies dans les archives et un premier terrain de recherche a permis d’observer des transformations de l’héritage bâti et naturel de la MIACA, mettant en avant l’évolution morphologique et fonctionnelle des opérations principales d’aménagement et des SEN. D’autres constats ont également été relevés comme un vieillissement voire une dégradation de l’état du bâti de certains villages de vacances, un non renouvellement du bail avec le gestionnaire de quelques appartements en résidences de tourisme, un changement de destination d’hébergements touristiques en résidences principales et une consommation de l’espace pour le développement de l’habitat dans les anciens SEN.

Par ailleurs, un taux d’occupation plus important des logements hors saison touristique, amène à s’interroger sur le mode d’habiter, les migrations des individus dans les stations balnéaires, mais aussi à la fonction actuelle des hébergements touristiques construits à l’époque de la MIACA. Le but étant in fine de se questionner sur la sélection de l’héritage de la MIACA à conserver, dans le cadre du renouvellement urbain des stations balnéaires et au regard des mutations contemporaines à l’œuvre sur le littoral aquitain.

[1] CHOAY Françoise, L’allégorie du patrimoine, édition Seuil, p.

[2] SEMMOUD, Nora. Valorisation patrimoniale et changement social : un pléonasme ? In : Habiter le patrimoine : Enjeux, approches, vécu [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005 (généré le 08 février 2016). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/pur/2248>. ISBN : 9782753526754.

[3] DE BIASE Alessia, Hériter de la ville pour une anthropologie de la transformation urbaine, ed. Donner lieu, 2014, p.12.

[4] Ibid

[5] Ibid

[6] Ministre délégué auprès du premier ministre chargé du plan et de l’aménagement du territoire (1972), Rapport au gouvernement – Schéma d’aménagement touristique de la côte aquitaine. Première partie Gironde Landes, Mission Interministérielle pour l’aménagement de la Côte Aquitaine Oream Bordeaux Aquitaine, Mars, p.5

[7] Ibid

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search